Archives pour la catégorie peinture symbolique

LE RIDEAU NOIR- passer de l’autre côté

le rideau noir

Je suis devant ce rideau noir aujourd’hui, même si cette peinture n’est pas récente. Je suis devant parceque ma vie vient de stopper net devant un chagrin inattendu .. Et je vais devoir l’ouvrir ce rideau, avec la peur au ventre. Mais il y a une lumière qui filtre par dessous. Je veux lui faire confiance…

 

A vendre : acrylique sur toile (55x33cm) : 50€

LES QUATRE ELEMENTS- la vie en mouvements

les 4 éléments

Inspirés et librement adaptés de photos en noir et blanc dont je ne connais pas l’origine, les 4 éléments Air, Feu, Terre, Eau. Une des innombrables manières de les représenter….

 

vendus  acrylique sur papier (format A4) 15€ pièce ou 50€ les 4

MEMOIRES – open your mind…….

mmoire2.jpgmmoire1.jpgIl y aurait de quoi faire une série de dizaines de toiles sur ce thème. La petite fille en robe rouge arpente un labyrinthe dont elle n’est pas près de trouver la sortie, et la mère, comme une vapeur à l’horizon, rejoint l’autre côté pour toujours. Mais elle sourit , et la femme aux yeux fermés sourit aussi. Tout est bien ainsi.

 

A vendre / acryliques sur toile / 35x22cm : 50 € pièce

Soeurs- toi et moi et toi et moi et toi et……..

Soeurs

Soeurs, tout simplement.

 

vendu

Généalogie. la vie en continu

généalogie

 

Arbres , branches et racines, ronde des saisons, la petite mort de l’hiver pour mieux renaitre au printemps. Quel symbole peut être plus fort que celui ci pour exprimer cette continuité circulaire, chaque année inscrite dans son tronc, chaque nouvelle branche porteuse de l’espoir d’une nouvelle vie. Les générations à l’infini, ou presque se succédant pour que depuis les racines qui vont tout au fond de la terre chercher leur énergie, les branches se multiplient en dépit de tout. Un arbre est un magnifique exemple de la Vie. Et ce n’est pas la découverte du siècle. Ce la a été compris depuis des millénaires. Traversant le temps, le symbole est toujours là. Espèrons qu’au delà du symbole, nous permettions aux vrais arbres de poursuivre leur voyage immobile dans le temps.

A vendre/ acrylique sur toile / 100x80cm :500€

Magicienne- double miroir

Magicienne

Ce tableau est quasiment grandeur nature. Double jeu de miroirs, je suis dedans mais ce n’est pas celle que voient les autres. Elle-même n’est pas le reflet exact de son double. Elle est son autre face. Et qui est le double de qui? Soeurs unies à jamais malgré leurs oppositions, main dans la main, alternant l’éclat de la Lune pleine et l’obscurité de la nouvelle nuit. Paisible et triste, sereine et souffrante , hantée, accompagnée par ses petits démons familiers dont on ne sait vraiment s’ils la tourmentent ou la protègent. Ils la suivent et l’entourent dans la danse éternelle.

 

A vendre/acrylique sur toile/ 150x50cm : 800€

L’Arbre-Couple

L'Arbre Couple

 

Il est toujours question d’amour dans ma peinture. Même si ça n’est pas exprimé de façon claire, c’est le moteur majeur de mon existence. Cette toile n’est que de l’amour. Ce qui relie deux êtres, quels qu’ils soient , c’est leurs racines profondes et vivantes qui poussent dans  la lumière jusqu’à la rencontre, l’union et l’épanouissement. Pas de contrainte, juste un désir de vie. Ce tableau est inspiré de nombreuses légendes dans lesquelles les amants enfin réunis forment un être à la fois distinct et complet et ne peuvent plus être séparés.

(collection particulière)


Le Cocon

Le Cocon

Dans la toile le Monde de l’Arbre Lune, on peut voir de petits personnages s’ébattre au pied de l’Arbre dans une sorte de petit Paradis. Je me suis de suite attachée à ces petites créatures , au point que j’ai voulu qu’elles soient le sujet d’autres tableaux.
Voici celui qui a certainement fait le plus couler d’encre et de salive. C’est un petit format (65×40 cm) . Ce n’est donc pas sa taille qui a pu autant attirer  les regards et susciter des émotions et remarques aussi diverses. Il a été interprété de diverses manières : répulsion (ah! mais ça a une queue!) malaise (c’est quoi ? un bébé ligoté? je ne supporte pas son regard) émerveillemnt (qu’elle est belle!) claustrophobie (mais pourquoi est-ce qu’elle prisonnière comme ça? ) admiration (c’est une idée géniale, très originale) et  non exprimé clairement, mais visible dans les regards  , le sentiment que je ne devais pas être très saine d’esprit. Beaucoup de personnes y ont vu un enfermement et lu de la détresse dans le regard de la créature. Tout le monde (ou presque) a oublié le titre . C’est un cocon. Une protection, et si le regard de la créature est bien apeuré, ce n’est pas ce mince filet d’herbes entrelacées qui l’inquiète. C’est ceux qui la regardent. Elle les regarde aussi, blottie dans son cocon dont elle a encore grand besoin, mais dont les mailles sont en train de se détendre, la rendant visible au monde dans sa vulnérabilité.

Ceux qui ont rejoint mon propos ont compris quelle grande tendresse j’avais pour mon étrange petite créature anonyme. Je n’ai jamais trouvé de nom pour les désigner , elle et ses congénères. Et sans doute recommencerai je un jour à les mettre en scène dans leur univers particulier, parceque ‘ils sont toujours dans mon coeur et que je veux continuer de les présenter au monde.

vendu

Le Monde de l’Arbre-Lune – ma vie rèvée

Le Monde de l'Arbre Lune

J’ai vu ce tableau avant de le peindre. Je l’ai vu dans ma tête très nettement : le format, les couleurs, je savais comment j’allais m’y prendre. A partir de ce moment, peindre n’a plus été pareil. Du fond du trou noir de la dépression, ce que j’exprime sur mes toiles à partir de ce jour est une abondance de couleurs et de lumière. Je quitte ce plan matériel pour entrer dans une dimension personnelle . La main qui tient le pinceau est celle d’une coquille vide qui déambule machinalement. Celle qui peint est ailleurs .

 

Vendu

La prisonnière du rêve- un jour vint la noirceur

La prisonnière du rêve

Elle était à l’intérieur  , la noirceur, celle qui rend sourd et aveugle au monde.  Elle pousse à se réfugier « ailleurs »… dans le rêve, là où l’on est invincible et immortel. Car comment tuer ce qui est déjà mort?

C’est une petite peinture sur toile, faite « à l’arrache », une speed painting dictée par la nécessité. Et elle introduit le long voyage que j’entrepris alors  vers un  monde perdu, celui dont je viens.

 

(collection personnelle)




Les minis-aventures de Jojo... |
Sixage™ Le site officiel. R... |
DuffDes!gn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ateliers enfants
| axecreations
| ART'S DATING - DJO CAFÉ-ARTS -